Quelles sont les conséquences d’une demande de rachat de crédits ?

Opération financière permettant de soulager une personne qui fait face à plusieurs créanciers, le rachat de crédits permet de ramener en un, plusieurs crédits qui existaient.

En contrepartie de la durée plus conséquente de l’emprunt initial, le rachat de crédits permet de baisser le montant des remboursements mensuels. C’est donc un risque qui découle aussi bien de l’effort financier nécessaire sur le long terme que du coût de l’opération.

Néanmoins, cette opération, bien que salvatrice pour le débiteur en ce sens qu’elle lui permet de trouver des issues à ses problèmes, peut contenir aussi des dangers.

Le plus évident est une rallonge mécanique de la durée de l’emprunt, ce qui a une influence directe sur le coût total du crédit qui peut atteindre des sommets.

Quelles sont les conséquences d'une demande de rachat de crédits ?

En effet, lorsque le rachat de crédit à la consommation fait baisser le montant des mensualités, il accroit leur nombre, ce qui augmente aussi la charge des intérêts dus à la personne qui a fait le prêt. Le coût du nouveau peut alors excéder celui des anciennes dettes.

Eviter le danger de la minimisation des coûts et rachat de crédit

Faire une opération de rachat de crédit est coûteuse. La banque qui accepte de financer une telle opération devra, pour regrouper les emprunts préexistants, dédommager tous les précédents prêteurs.

Il est donc important que le particulier qui fait une demande de rachat crédits soit conscient que ces coûts seront répercutés sur le taux annuel effectif global du nouveau prêt. Il existe par exemple au nombre de ces frais, les pénalités de remboursement anticipé qui peuvent dans le cas d’un crédit immobilier, atteindre un montant important.

Lorsqu’il est question d’un regroupement de crédit, c’est au moment de la signature du contrat que ces frais de remboursement doivent être mentionnés clairement par l’organisme de crédit.

Une simulation de rachat crédit, peut-être alors utile, pour voir clairement si l’opération est viable et si les conditions pour qu’elle aboutisse, sont réunies. Le taux d’endettement se doit aussi de rassurer la banque, pour qu’elle conduise le rachat.